Navigation Menu

Un soutien à des projets d’envergure

La Province consacre chaque année 6,3 millions au co-financement des zones de secours : c’est une aide concrète pour les communes.

Depuis 2017, elle soutient aussi des projets portés par un territoire ou par au moins deux communes, à raison de 0,75€ par habitant.

Charleroi / Sud-Hainaut

 

Le développement de l’attractivité et la supracommunalité au sein du bassin de vie de Charleroi

C’est un projet porté par 12 communes rassemblées via IGRETEC au sein de la Conférence des Bourgmestres du Bassin de vie de Charleroi (Anderlues, Beaumont, Charleroi, Châtelet, Fleurus, Gerpinnes, Ham-sur-Heure-Nalinnes, Les Bons Villers, Montigny-le-Tilleul, Pont-à-Celles, Sivry-Rance, Thuin).

Ensemble, elles élaborent une stratégie pour renforcer l’image de Charleroi / Sud-Hainaut et sa dynamique supracommunale.
Les opérateurs locaux veulent promouvoir le bassin de vie carolo à l’international et améliorer son attractivité, avec la mise en œuvre d’actions de promotion du territoire carolo à l’international, l’organisation de missions de « benchmarking »  et l’installation  d’une structure d’accueil  économique.

 

Apprendre à mieux vivre ensemble, se nourrir sainement et lutter contre la pauvreté

Un projet porté par deux communes et leurs C.P.A.S : Aiseau-Presles & Farciennes.

Farciennes et Aiseau-Presles veulent lutter contre la précarité en créant des épiceries et menuiseries sociales pour aider les familles à mieux se nourrir et se loger à moindre coût. Les deux communes tablent aussi sur l’expérience provinciale en matière d’éducation à la santé et d’alimentation saine. 

 

 

 

Mise en place d’un service de conciliation éthique et la vulgarisation du règlement général de police administrative (RGPA)

Par la création d’un service de conciliation éthique, Courcelles et Fontaine L’Evêque veulent former des séniors à l’art de la conciliation. Objectif : prévenir ou résoudre les conflits commerciaux et entre particuliers qui, souvent, empoisonnent nos relations. Dans la même philosophie, elles projettent de sensibiliser les enfants à leur règlement général de police et à ses enjeux : tri des déchets, respect du mobilier urbain… Parce qu’ils sont les citoyens de demain !

 

 

 

Mieux vivre ensemble et renforcer la cohésion sociale

Ce projet porté par trois communes (Erquelinnes, Lobbes, Merbes-le Château).

vise la mise en place d’une procédure et d’un service de conciliation éthique avec des conciliateurs formés ainsi que la diffusion d’une brochure didactique du « Règlement général de police ».

 

 

 

 

La promotion à la santé par le dépistage préventif du surpoids et du diabète

Avec les trois communes de la Botte (Chimay, Froidchapelle, Momignies), l’association hospitalière du Sud Hainaut s’engage pour dépister le diabète et enrayer l’expansion du surpoids. Partant que constat que la proportion de femmes diabétiques a doublé en Hainaut entre 2008 et 2013, des opérations de dépistage et de formation des enseignants seront menées en lien avec l’Observatoire de la Santé du Hainaut.

Wallonie picarde

Un projet commun, « Un arbre pour la Wallonie picarde »

Un projet porté par 11 communes rassemblées au sein de la Conférence des Bourgmestres du Wallonie picarde : Beloeil, Bernissart, Brugelette, Brunehaut, Chièvres, Comines-Warneton, Estaimpuis, Leuze-en-Hainaut, Péruwelz, Rumes, Tournai.

Les communes de la Wapi s’unissent pour planter… 350 000 arbres d’ici à 2025. Un pari sur les potentialités vertes de l’ouest du Hainaut et  la sensibilisation aux enjeux de l’environnement.  Avec l’expertise de la Province, l’objectif du projet est aussi de former les services communaux aux techniques de plantation et d’entretien du patrimoine arboré.

 

Soutien aux festivals du Val de Dendre

Unies par la Dendre, Ath et Lessines veulent développer des pôles d’attraction culturels et touristiques  en organisant  des festivals basés sur les arts de la rue : « Les Sortilèges » à Ath et le « Rallye théâtre de la petite reine » à Lessines.

 

 

 

 

 

Formation au management socio-économique pour les agents communaux

Antoing, Bernissart, Ellezelles, Flobecq, Lessines, Mouscron, Pecq, Rumes sollicitent la Province pour développer des formations au management socio-économique. Réforme des grades légaux oblige, elles veulent s’inscrire dans des performances accrues et l’instauration d’un contrôle interne.

 

 

 

 

 

En route pour la forme

Ce projet porté par Celles, Frasnes-lez-Anvaing et Mont-de-l’Enclus vise la promotion et l’accès aux activités physiques en zone rurale pour améliorer la santé avec une attention particulière aux publics spécifiques (seniors, bénéficiaires de l’intégration sociale…). Objectifs : la mutualisation d’infrastructures et l’extension de l’offre sportive globale.

 

 

 

 

Itinérance Slow Food et Slow Culture

Un projet porté par deux communes : Silly et Enghien

Avec l’Asbl Cittaslow, ces communes veulent aller à la rencontre des citoyens pour retisser les liens de la vie sociale et faire renaître l’esprit des quartiers. Leurs arguments : la culture, l’alimentation saine et l’économie locale. Leurs outils : un foodtruck Slow Food et une roulotte Slow Culture.

Cœur de Hainaut, Centre d’énergie

Un projet commun, « Cœur de Hainaut à vélo »

Un projet porté par 22 communes : Binche, Boussu, Braine-le-Comte, Chapelle-lez-Herlaimont, Dour, Ecaussinnes, Estinnes, Frameries , Hensies, Honnelles, Jurbise, La Louvière, le Roeulx, Lens, Manage, Mons, Morlanwelz, Quaregnon, Saint-Ghislain, Seneffe, Soignies.

A l’instar de la Wallonie picarde et du Pays de Chimay, « Cœur de Hainaut » veut se doter de points-nœuds. Ce réseau de signalisations chiffrées destiné aux cyclistes sur les voies les plus sécurisées du territoire constituera un atout supplémentaire pour le tourisme. La promotion de ce réseau se fera en lien avec celle de la culture sur le parcours via la Fondation Mons 2025.

 

Vers un fauchage durable

Un projet porté par six communes : Colfontaine, Dour, Frameries, Honnelles, Quévy, Quiévrain

Ces communes se regroupent pour maintenir et  améliorer la biodiversité. Ensemble, elles achèteront du matériel polyvalent partagé permettant une gestion différenciée « mécanisée » des bords de routes et des espaces verts publics ciblés en matière de biodiversité au sein du Parc naturel des Haut-Pays.

La supracommunalité augmente le nombre de services et la qualité tout en privilégiant le coût le plus juste possible par la mise en place d’actions communes.

 

Pratiquement :

Citoyens et associations du Hainaut contactent leur administration locale pour toute demande de renseignements relative à la supracommunalité.


Pour des renseignements plus précis pour les actions supracommunales dans votre commune : contactez votre administration communale ou votre C.P.A.S.